Aide sur Rechercher des cours

Ce cours a pour objectif de mieux cerner et définir la culture de la participation qui touche une partie importante des publics médiatiques, que ce soit par le biais des réseaux sociaux ou des potentialités de publicisation des commentaires sur l’actualité existant sur l’ensemble des plateformes numériques des médias d’information. Qu’ils soient critiques, à visée contre-hégémonique (dénonçant une propagande médiatique et la nécessité d’un contrepouvoir), auto-proclamés « citoyens », simples corrections d’erreurs, ou désirs d’ajouts d’information complémentaires, ces productions sont pensées par leurs auteurs comme des participations à l’espace public qui visent à le régénérer, à l’ouvrir, à l’enrichir. Ces productions participatives portent aussi et avant tout en elle la trace identitaire de ceux qui les ont produites, mais nous serons amenés à en réfuter le caractère égalitaire.

Si les mouvements révolutionnaires ou communautaires avaient été les premiers à utiliser les médias pour proposer de nouvelles formes d’actions, la tendance participative qui caractérise les médias actuels avec l’arrivée d’internet a fait émerger une nouvelle silhouette d’activistes. La période actuelle se caractérise par un individualisme plus marqué, mais on peut se demander si les appartenances traditionnelles – parti, syndicat – ont forcément disparu. Elle s’accompagne d’une transformation des rapports entre les journalistes et leurs publics, d’un dialogue généralisé entre producteurs et consommateurs d’information et, au final, d’un brouillage des frontières entre ces deux entités.