Aide sur Rechercher des cours

L’émergence de la discipline anthropologique est historiquement liée à ce que l’on appelle aujourd’hui le « développement » des pays du Sud, anciennement colonisés. Bien qu’elle ait acquis, notamment à partir des années 1950, une certaine autonomie en tant que « science fondamentale », l’anthropologie contemporaine n’en demeure pas moins attachée (qu’elle le veuille ou non) à cette filiation. Autrement dit, les anthropologues sont « pris », sur le terrain comme lors de l’élaboration de leurs analyses, dans le vaste jeu des politiques publiques (et le large réseau d’acteurs correspondant) qui visent, directement ou indirectement, à l’échelle locale, nationale ou internationale, celles et ceux auprès de qui ils « enquêtent ».

Ce cours propose d’aborder les questions éthiques et scientifiques soulevées par cette situation et les évolutions intervenues au cours des quarante dernières années. Pour ce faire, un premier ensemble de séances permettra de revenir sur deux grandes thématiques qui intéressent particulièrement les anthropologues dans le contexte de la mondialisation contemporaine : la question du néolibéralisme et celle du multiculturalisme, qui imprègnent l’ensemble des politiques de développement (dites aussi « politiques sociales » dans les pays du Nord).

La seconde partie du cours sera consacrée à l’analyse et à la discussion de textes issus de recherches de terrain. Des exemples ethnographiques seront mobilisés, au Sud comme au Nord, afin d’analyser de manière critique les notions actuelles d’« expertise », d’« empowerment », de « grassroots initiatives » etc., et de saisir notamment le poids, les fonctions et les effets des malentendus en contexte de développement. On abordera ainsi la question des relations entre Anthropologie, politique et développement sous plusieurs angles : historique, épistémologique, méthodologique et éthique.

Cet enseignement vise à donner des éléments de compréhension des débats passés et actuels en anthropologie, tout en retraçant les évolutions des liens entretenus par la discipline avec les autres sciences sociales et la philosophie. Dans un premier temps, une approche historique s’attachera à restituer l’émergence progressive de l’anthropologie en tant que champ disciplinaire autonome : un retour sur la diversité des traditions savantes nationales et sur les dynamiques coloniales permettra de mieux saisir les modalités de formation des premières « grandes théories » anthropologiques et leurs enjeux, à partir de la seconde moitié du 19ème siècle. Dans un second temps, un ensemble de séances thématiques permettra de revenir sur quelques notions et concepts centraux pour la discipline (objectivité, relativisme, compréhension…), afin de mieux comprendre comment celle-ci élabore aujourd’hui ses objets, ses analyses et ses controverses en relation avec les autres sciences sociales. L’objectif de ce cours est ainsi de fournir aux étudiants des connaissances générales leur permettant de resituer les problématiques actuelles de l’anthropologie dans le champ historiquement constitué des sciences humaines et sociales, tout en introduisant à la réflexion sur la démarche interdisciplinaire (atouts et difficultés).

La validation se fera par plusieurs étapes : contrôle continu, exposés en classe (travaux de groupe), devoir sur table.